Dans cet article, j’aimerais attirer l’attention de mes lecteurs sur deux sociétés en particulier, l’Inde et le Pakistan. Je suis d’origine Pakistanaise moi-même donc je vais essayer d’exprimer mes points de vue tout en évitant les sujets qui fâchent.

603834_310985409076619_1820213078959197680_nDepuis quelques années déjà, j’observe ces deux sociétés dont les cultures sont assez proches, mais ce que j’aimerais discuter c’est leurs développements culturaux. Étant moi- même une femme, je vois les injustices qui sont faites aux femmes, au nom de la famille, au nom de la religion au nom de l’honneur. Toutes ces excuses sont bonnes à prendre quand il s’agit de faire taire un crime. Prenons le viol, même de nos jours l’homme ayant commis cet acte peut être acquitté s’il épouse la victime. D’après les psychologues, un viol n’est pas seulement un acte de violence physique pour une personne c’est aussi un traumatisme psychologique énorme. Mais devant ce crime que fait-on, on condamne la victime à être torturé à vie. 

Au nom de l’honneur de la famille. Prenons un autre exemple : 

les attaques acides, je vais citer un nom très connu les Pakistanais, Musarat Misbah, cette femme est connue comme la première experte en beauté qui a introduit l’idée des salons de beauté au Pakistan. J’ai vu une vidéo d’elle dans laquelle, elle explique qu’une fois une dame voilée est arrivée dans son salon et a attendu que tout le monde soit parti avant d’aller la voir et lui montrer son visage. Un de ces prétendant lui avait jeté l’acide au visage ce qui fait qu’elle ne ressemble à plus rien.

Musarat Misbah lui explique qu’elle peut malheureusement rien faire car elle ne peut pas redessiner son visage.

Elle explique que par la suite elle est rentrée chez elle, puis a prié en pleurant en demande à Allah pardon pour son ingratitude. Le lendemain elle s’est engagée à aider les femmes victimes de ce crime. J’ai entendu tellement d’histoires (terrifiantes) sur ce sujet. Mais c’est toujours la femme qui en paie les frais. Elle a refusé de se marier avec un prétendant, celui ci se venge en la privant de sa beauté. Dans le Quran, Allah a dit, j’ai mis dans la nature des femmes l’envie d être belle, cette beauté étant destiné à leurs maris. En privant une femme de sa beauté c’est comme si on lui a coupé une jambe ou un bras. On ne mesure pas le traumatisme énorme derrière cet acte. Musarat Misbah travaille avec les victimes, en les aidant po10511318_184665015041993_3155118888621051379_nur leurs traitements, en les prenant comme des apprentis pour qu’elles puissent être indépendantes et qu’elles s’imposent comme elles sont. J’aimerais aussi citer l’Inde, où je vois que la prise de conscience de ce crime avance aussi à grands pas. L’inde indubitablement travaille dur pour que sa population réalise le taux très élevé de ce crime chez eux. J’ai été très agréablement surprise qu’une jeune fille qui a été victime de l’attaque acide est devenue une stylistique, elle a conservé l’état de son visage tel qu’il est.

Elle le dit dans une interview que le plus difficile c’est le regard des autres, on a peur on n’ose pas sortir, on se dit que va t-on penser de moi ? Comment pourrais-je m’imposer face aux gens alors que je n’arrive pas à m’accepter moi-même ?

J’ai envie d’applaudir son courage, sa forte personnalité sa capacité à se dire ‘NON, ce qui est arrivé ne peut pas être changé 10317682_137828929725602_6512874064209651451_oje ne me laisserai pas faire.’ Elle explique par la suite que un de ces prétendant lui a fait ça et après qu’elle a été défiguré il lui a redemandé en mariage, sur le coup les parents de la jeune fille lui ont plus ou moins forcés à accepter en lui disant ‘personne ne voudra de toi comme ça’. Elle a catégoriquement refusé ce qui est très courageux de sa part. Elle ajoute qu’elle voudrait remercier celui qui lui a fait ça car sans cet accident elle n’aurait jamais appris a être forte et se battre pour elle-même.

Dans cet article, mon but n’était pas de mettre les hommes plus bas que terre mais montrer les injustices faites aux femmes au nom de l’honneur, respect, la famille, les traditions.

A la fin, j’aimerais juste partager avec vous un témoignage choquant d’un historien arabe, on sort du continent limité au départ, ce dernier dit on devrait avoir des femmes occidentales en Arabie Saoudite comme chauffeur car et je cite ‘elles s’en fichent d être violées au bord de la route mais pour nous les femmes musulmanes c’est très grave. J’ai envie de lui répondre une femme reste une femme et un acte violent reste un acte violent. La croyance ne change rien. De plus, arrêtons d’utiliser les religions comme 

excuse partout.

NAEEM Mubbashra

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here