PARTAGER

Si vous êtes familier aux films indiens vous avez surement remarqué un document au début de chaque film, c’est un certificat délivré par le bureau des censures du cinéma indien le Central Board of Film Certification. Les réalisateurs et producteurs doivent passer par le bureau des censures pour obtenir ce document et l’autorisation de diffuser un film. Il éxiste trois catégories de film : les films universels marqués par un U, les films interdit aux moins de 14 ans les U/A et les films interdit aux moins de 18 ans sont marqués par un A. Ce système de censure a été apporté par les britanniques.

L’année dernière, le film Udta Punjab a beaucoup fait parler de lui. L’histoire du film se centre sur les ravages de la drogue chez les jeunes dans l’État du Punjab. Le réalisateur du film Anurag Kashyap voulait sensibiliser les jeunes à travers ce film. Cependant, le bureau des censures a délivré un certificat A et à procéder à plus de 50 coupures aux montages ce qui à provoquer un scandale dans l’industrie du cinéma. Récemment, c’est le film Lipstick under my Burkha qui est devenu la nouvelle victime de la censure. Le bureau a interdit la sortie du film soi-disant trop centré sur les désirs et la liberté de la femme. Et pour en rajouter une couche, la scène du baiser dans le dernier James Bond a été coupé par la censure en Inde. Pourtant, des films qu’on appelle sex-comedy, où les femmes sont complètement objectifiés, ne font l’objet que de légères coupure et d’un certificat A.

Heureusement, la censure n’a pas tous les pouvoirs. Après de longues discussions, Udta Punjab s’en est sortie avec 17 coupures aux montages et Lipstick under my Burkha sortira le 21 juillet en Inde grâce au Tribunal d’Appel de Certification du Film une institution plus haute que la censure indienne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here